Mieux nous connaître

Peyret : Le Domaine

Domaine de Peyret, 11300 Cépie

Peyret… les origines :

Les origines du nom « Peyret » remontent au XX siècle.

En effet, c’est après de nombreuses recherches à la Mairie de Cépie, notre commune, et aussi aux archives départementales de Carcassonne, que le nom de Peyret apparaît dès 1798 ; on parle alors d’un dénommé « petit Pierre, dit Peyret » qui aurait donné son nom au domaine.

La vie au Domaine… 150 ans d’histoire

Aussi loin que l’on s’en souvienne, l’aventure du vin au Domaine de Peyret a débuté vers 1850.

C’est à cette époque qu’est construite la première cave par Pierre Jammes.

Puis vint le Phylloxéra vers 1874…

Le Phylloxéra dans le Midi
“C’est un grand spectacle que cette vaste conspiration de toutes les forces vives de la science pour combattre le Phylloxéra, ce fléau qui menace de tarir l’une des principales source de la richesse de notre pays. L’Assemblée Nationale en fait le sujet de ces délibérations, le gouvernement s’en émeut, l’institut de France ouvre une enquête solennelle. La grandeur de l’effort n’est que trop justifiée par l’importance des intérêts qu’il s’agit de sauver. Mais quel est donc le terrible ennemi qui les met en péril et provoque de notre part de si formidables préparatifs de guerre ? Mesurez sa taille, examinez ses armes, visitez ses remparts : Que trouvez-vous ? Un puceron minuscule, une imperceptible tarière, une étroite fissure du sol. Parcourons ses lugubres étapes : en 1865, l’insecte apparaît pour la première fois sur un seul point du Vaucluse ; en 1867, on remarque une large tache dans ce département ; en 1868, les deux rives du Rhône sont attaqués, en 1869, l’épidémie arrive aux portes de Nîmes, d’Aix, de Montélimar, des vignes sont atteintes dans l’Hérault et le Var. En 1870, le mal prend un développement, et en 1871, toute la vallée du Rhône, de Valence à la mer, est sous le coup du Phylloxéra, les taches deviennent de plus en plus larges dans l’Hérault et le Var ; en 1872, le fléau gagne du terrain dans ces deux départements. […]”
Drouin de Lhuys, séance du 26 octobre 1874 du Congrès international viticole de Montpellier (1874)

La révolte de 1907 :

La Guerre :

La période de la deuxième guerre mondiale fut très difficile pour le Domaine, et malheureusement pour beaucoup d’autres. Charles Andrieu fut mobilisé…..Il en reviendra en 1945, malheureusement gazé et ne pouvant plus travailler. Pendant la mobilisation de Charles et ensuite jusqu’au retour de Jean du service militaire, c’est Anna l’épouse de Charles qui assura seule la survie du Domaine.

Puis, c’est Jean Andrieu, fils unique, qui prit en charge l’exploitation.

Au fil des années, il étendit, peu à peu, l’exploitation, privilégiant le vin rouge avec les cépages Cinsault, Grenache, Carignan et Alicante, qu’il vendait par l’intermédiaire d’un courtier à des négociants réputés en région bordelaise.

A cette époque, la blanquette était réservée à la famille. Une centaine de bouteilles par an seulement, juste pour le plaisir de déboucher une bouteille entre amis, un soir de fête !

La méthode de fabrication consistait à filtrer le moût en fermentation avec une « manche »… 

La Truffe:

L’arrivée de la truffe au Domaine de Peyret, remonte aux années 1990. Thierry Gauché fait ses premières expérimentations (sélection de glands, mycorhization et  plantation). Des résultats tellement encourageant, que Thierry se lance dans une production à plus grande échelle:

Création d’un laboratoire, analyses de sols, un travail documentaire et expérimental acharné, ont permis à Thierry de se spécialiser dans la culture de la truffe.